Market Watch

Quand la vitesse de production compte

Aujourd’hui, la vitesse de production des communications imprimées et numériques représente parfois un facteur de distinction parmi les fournisseurs de services et les intervenants en communications d’entreprise. Par exemple, lorsqu’il faut imprimer un très grand nombre de documents, la rapidité est déterminante. Vous attendez de votre service d’impression qu’il soit fiable et efficace. Mais que faire si vous arrivez au maximum de sa capacité et ne pouvez pas obtenir les performances attendues? Faut-il alors investir dans de nouveaux équipements? Ou existe-il un moyen d’accroître la capacité existante?

Il est évident que les organisations ne souhaitent pas consacrer de lourdes dépenses à des équipements superflus. Les entreprises doivent d’abord déterminer ce qui cause le ralentissement et comment le corriger. Elles doivent également bien cerner leurs besoins en matière de performances d’impression. Il sera préférable alors de trouver un équilibre entre la valeur et l’évolutivité des licences et des systèmes, pour s’assurer que les investissements sont en ligne avec les bénéfices, qu’il y ait croissance ou non.

Pour cela, il est important de bien comprendre les différents éléments qui contribuent au débit dans son ensemble. On appelle vitesse de production la vitesse nécessaire pour traiter les travaux et générer les sorties. Dans un environnement de production de documents, par exemple, de nombreux facteurs peuvent influencer le débit de traitement :

  • Les propriétés du matériel, du réseau et des autres systèmes connexes (p. ex. le nombre de processeurs et de cœurs, la quantité de mémoire vive, la bande passante, l’emplacement de la base de données, etc.)
  • La capacité des logiciels (p. ex. vitesse de production limitée par licence)
  • Le type et la taille des données d’entrées (p. ex. XML)
  • Le modèle de document et la complexité du flux de travail
  • Le format de sortie produit

Mettre l’accent sur la vitesse de sortie n’est pas suffisant

Quand tous ces facteurs entrent en jeu, il devient difficile de déterminer avec précision la vitesse de production, car celle-ci est aussi affectée par des processus qui agissent avant même que le moindre élément ne parvienne à la chaîne de production.

Si on pose un regard plus holistique sur le processus complet de création des travaux, c’est-à-dire si on analyse le débit de traitement global et non seulement la vitesse de sortie, nous pouvons repérer les endroits propices à l’amélioration et trouver des moyens, comme des petits ajustements, qui permettront d’accroître les performances en général.

Quelles sont vos options pour accroître la vitesse de traitement?

Quand vos besoins commencent à dépasser les performances de votre installation, la première étape à suivre est de déceler les endroits où les ralentissements se produisent et où vous devez passer au niveau supérieur. Est-ce que c’est la puissance de l’ordinateur qui est en cause ou est-ce la capacité du système qui est dépassée? Le ralentissement est-il attribuable au type de document? Ou est-ce que la demande est si élevée qu’il faudrait modifier la licence du logiciel?

  • Changer le matériel. Si les ressources du matériel sont inadéquates et que la charge augmente, mais que les ressources logicielles sont suffisantes, c’est le matériel qui cause l’étranglement.
  • Augmenter la limite de vitesse de sortie des logiciels. Objectif Lune offre des packs de performance en option quand une vitesse de sortie supérieure est exigée. Selon le produit, les packs de performance permettent d’augmenter la vitesse de sortie maximale et/ou le nombre de travaux qui peuvent être traités simultanément.
  • Optimiser la façon dont les logiciels sont utilisés. La création de modèles optimisés et la façon dont les processus automatisés sont construits peuvent avoir un effet considérable sur le débit. Dans ce cas, les connaissances d’un spécialiste s’avèrent un atout inestimable.

Venez voir comment Objectif Lune pourrait vous aider à optimiser votre vitesse de production! 

0
Etude de cas Warners