Market Watch

Adopter le monde du numérique

Pour les grandes organisations, adopter le numérique s’avère une démarche beaucoup plus facile sur le plan budgétaire. Cependant, à cause de leurs ressources limitées, les petites et moyennes entreprises (PME) ont peine à faire le saut. Lorsqu’elles n’ont pas le budget nécessaire, les PME comptent sur le bon vieux travail manuel pour se rattraper.

Or, même si le concept est adopté et le budget le permet, le passage au numérique exige généralement des compétences spéciales, qui peuvent être à la fois coûteuses et rares lorsqu’on utilise des systèmes qui sont fondés sur des connaissances exclusives. Effectivement, les compétences appropriées sont de plus en plus coûteuses et difficiles à trouver, surtout dans le cas des systèmes existants.

Par ailleurs, si la constitution du budget et la recherche des compétences pertinentes sont susceptibles d’épuiser la patience et les ressources d’une organisation, c’est le temps qui représente le plus grand défi. Effectivement, selon des recherches menées à l’interne, la mise en œuvre de systèmes d’entreprise dépasse fréquemment les échéances établies pour plus de la moitié des systèmes PRE (54 %), 39 % des systèmes GRC et 36 % des systèmes comptables et financiers. Les retards sont généralement attribuables à la personnalisation considérable exigée pour que ces systèmes soient adaptés aux besoins de l’entreprise. Ainsi, plus de la moitié (55 %) des systèmes PRE sont personnalisés en totalité ou en grande partie.

En outre, le développement à l’interne de ces systèmes semble également avoir la cote : systèmes PRE (9 %), systèmes GRC (15 %), systèmes financiers et comptables (9 %). Il est clair que les organisations souhaitent que les systèmes puissent s’adapter à leurs besoins, et non le contraire, ce qui suppose encore plus de temps et d’argent consacrés au processus.

Le marché du numérique évolue à sa propre vitesse.

Posez-vous la question suivante : quel est votre degré de tolérance relative à la victoire de votre compétiteur dans la course au numérique?

L’adoption de technologies numériques et le remaniement des investissements correspondants représentent une décision stratégique. Que vous soyez une petite ou une grande entreprise, les membres de la haute direction doivent être engagés pour que l’initiative fonctionne. Le rôle du PDG est particulièrement critique. Selon une étude de Forrester portant sur les entreprises qui ont réussi la transition vers l’« obsession envers les clients », il n’existe pas un seul cas où le PDG ne championne pas l’initiative de façon évidente.

Cependant, outre les aspects cités ci-dessus, un autre volet est à prendre en considération: votre personnel. La volonté des membres de votre personnel à s’adapter à et à adopter le nouveau régime technologique peut avoir un effet décisif. Ainsi, vous pouvez investir dans des technologies de pointe pour améliorer vos communications clients; vous pouvez établir des processus efficaces et vous pouvez faire le tout avec le soutien de la haute direction. Mais tout sera en vain si vous ne suscitez pas également l’adhésion de votre personnel. Les gens ont tendance à résister au changement, surtout lorsque ces changements les forcent à abandonner des systèmes et processus qu’ils utilisent et maîtrisent depuis des années.

Gérer le changement de culture ne sera pas facile. Les compétences pertinentes ne foisonnent pas. Néanmoins, chaque organisation comporte des personnes ou des groupes qui conduisent le changement avant que ce dernier ne devienne officiel. Parfois, c’est le PDG, parfois, le chef de l’exploitation. Ces agents de changement sont souvent le moteur initial, qui inspirera et rassemblera l’organisation toute entière.

Et vous, êtes-vous prêts à adopter le monde du numérique?

Objectif Lune peut vous aider, en améliorant facilement vos communications clients!

0